Qu'est-ce une Grande Famille?
Nous sur nous
• Comité
• Financement
• Affiliation des membres
• Dons
• Publications
• Rapport annuel du président
• Rapport annuel de l'administrateur
Aarberg
Bienne
Safnern
Contact
Actuel
Téléchargements
    Rapport annuel de l'administrateur    
 
Rapport annuel 2017 de l'administrateur

Durant l’année sous revue, l’Association Chinderhus s’est occupée à tous les niveaux, en plus des affaires quotidiennes, surtout de deux grands sujets, à savoir la révision du Règlement du personnel et le remaniement des concepts opérationnels et pédagogiques.

La responsable du Ressort du personnel au sein du Comité de l’Association a constaté, voilà déjà quelques années, que le Règlement du personnel en vigueur ne correspondait pas au standard actuel, et ce, tant au plan de la structure que de la lisibilité, ou encore au niveau de la conception de certaines réglementations. C’est pourquoi, en collaboration avec le juriste spécialisé Hansueli Zürcher, le besoin de révision a été d’abord défini et ensuite soigneusement mis en œuvre en incluant les couples de responsables et un groupe de travail composé de collaboratrices et collaborateurs. On est alors parti du principe que ces derniers au sein de l’Association Chinderhus devaient être traités sur un pied d’égalité avec ceux et celles travaillant dans des institutions gérées par le Canton de Berne. 

Une attention particulière a été portée aux réglementations concernant les couples de responsables: avec l’introduction du modèle du temps de travail fondé sur la confiance avec une compensation financière correspondante, on a désormais pu prendre en compte aussi à ce niveau le grand engagement extraordinaire des trois familles d’accueil. Nous sommes convaincus d’avoir trouvé une solution exemplaire avec le nouveau règlement du personnel, qui pourrait aussi servir de modèle à d’autres institutions aux intérêts similaires. Le directeur était surtout aussi content que les adaptations liées aux congés-modifications des contrats de travail individuels aient pu être effectuées sans problèmes avec tous les collaborateurs et collaboratrices. 

Voilà environ deux ans, notre autorité de surveillance, à savoir l’Office cantonal des mineurs, avait établi un nouveau canevas, auquel tous les concepts d’exploitation et pédagogiques des institutions rattachées doivent se tenir. C’est pourquoi la tâche du directeur a consisté, dans un premier temps, à transposer les trois concepts existants dans un concept-cadre de l’Association qui, d’une part, s’en tient auxconsignes de l’Office cantonal des mineurs et, d’autre part, reprend les contenus essentiels en vigueur jusqu’à présent. Au sein de l’Association, ce processus a suscité aussi des discussions de fond sur l’orientation actuelle et future des trois maisons pour enfants, qui ont pu se dérouler dans une ambiance fructueuse dans le cadre du Comité et des couples de responsables. Au final, chaque maison pour enfants a complété le concept-cadre adopté avec ses particularités individuelles, de sorte que les documents assez volumineux ont pu être rendus (presque) à temps le 31 janvier 2018. Ici aussi, nous sommes convaincus d’avoir créé un document fondamental qui permet de poursuivre la forme existante d’encadrement d’enfants placés dans des structures familiales avec un environnement professionnel.

Cela m’amène au troisième sujet qui, durant l’année sous revue, a commencé de plus en plus à nous préoccuper. Nous remarquons que cette forme d’encadrement est de plus en plus vue d’un œil critique par les autorités  d’assignation, qu’il s’agisse des services sociaux ou de l’APEA. Les fondements de notre offre, à savoir un cadre environnant familial, une offre de liens aux effets guérissants à des enfants traumatisés par des séparations à la petite enfance, l’effort d’instaurer de la stabilité dans le cadre environnant de l’encadrement, sont considérés aujourd’hui en partie comme obsolètes et contraires à la doctrine actuelle dans le domaine du placement d’enfants. Il s’agit ici de nous expliquer encore mieux et de démontrer que la préservation de ces principes peut tout à fait fonctionner aussi avec l’implication maximale de la famille d’origine dans la croissance des enfants.

Mais en plus de ces grands sujets, ce sont aussi toujours les nombreux petits et grands soutiens et prestations, avec lesquels le directeur a pu épauler le bon fonctionnement des trois maisons d’enfants, que ce soit dans le domaine du recrutement de collaborateurs et collaboratrices, de petits ajustements dans les immeubles, un déroulement correct et pratique des affaires financières ou sous forme d’impulsions pédagogiques occasionnelles quant à la situation de certains enfants. Cette façon facile, rapide et pourtant bien pesée de trouver des solutions pour d’innombrables questions qui se posent dans le quotidien des maisons d’enfants, est toujours pour moi la partie la plus intéressante et la plus satisfaisante de mon travail en tant que directeur. Je me réjouis de pouvoir contribuer ainsi également en 2018 de manière à ce que l’Association Chinderhus Bienne puisse offrir à trente enfants placés un deuxième chez-soi chaleureux et en même temps professionnel.

David v.Steiger

retour au début de la page
imprimer